«
Skip to Content

Projet stratégique pour la période 2010-2015

Avec près de 21 millions de tonnes de marchandises transportées par voie d'eau en 2012, Ports de Paris occupe aujourd’hui la première place des ports fluviaux français et la deuxième à l’échelle de l’Europe. Il est par ailleurs, grâce aux transports de passagers, le premier port intérieur touristique mondial. Ces bonnes performances s’inscrivent dans un contexte de renouveau du transport fluvial en Ile-de-France après une période de crise depuis ces trente dernières années.

Le transport fluvial est en effet à la veille d’une "nouvelle révolution verte et bleue" qui devrait voir décuplée l’attractivité de la voie d’eau. En France, les lois consécutives au Grenelle de l’Environnement vont fortement faire évoluer le contexte réglementaire notamment en favorisant les modes de transport vertueux, eau et fer, pour le transport de marchandises.

Par ailleurs, les prochaines années seront marquées par une évolution du contexte fluvial régional avec l’ouverture du Canal Seine Nord Europe, qui devrait multiplier par 3 le trafic sur ce corridor et transférer près de 4,5 milliards de tonnes.kms vers la voie d’eau. Les réflexions sur le Grand Paris et la mise en place d’un partenariat approfondi avec les Grands Ports Maritimes du Havre et de Rouen (Comité de Coordination Interportuaire de la Seine) nécessiteront également une prise de position de Ports de Paris, notamment avec la réalisation d’aménagements portuaires structurants.

C’est enfin une période de changement institutionnel avec le découplage des fonctions de direction du Port et de Voies Navigables de France à l’échelle interrégionale. Ce changement a d’abord été marqué par la rénovation de la marque Ports de Paris qui a permis une clarification avec l’abandon du mot "autonome" et une adaptation à la réalité multiportuaire de l’institution avec l’ajout du "s" à Port.

Depuis février 2010, Ports de Paris s’est lancé dans une refondation de la stratégie de l’établissement afin de relever les défis globaux et locaux du transport fluvial de demain, en capitalisant sur ce qui a favorisé sa réussite jusqu’à aujourd’hui et en investissant pour l’avenir.